Le CRA de Vincennes


Centre de Rétention Administrative - Vincennes

Un Centre de Rétention Administrative (CRA) est un lieu fermé, gardé par des policiers ou des gendarmes, c'est un lieu d'enfermement.
C'est le lieu dans lequel sont amenés les étrangers qui ne peuvent justifier d'une situation régulière en France. Ils y sont enfermés, gardés en rétention, uniquement parce qu'ils n'ont pas de papiers en règle, alors qu'ils n'ont commis aucun délit.
L'étranger est enfermé pour ne pas échapper à son expulsion décidée par la préfecture. Expulser est la "vocation" unique d'un CRA ; expulser vers le pays d'origine, vers un pays que l'étranger a quitté depuis parfois de très nombreuses années, expulser des hommes ou des femmes qui laissent parfois en France de la famille, des enfants.
Pour être expulsé, il faut être identifié formellement par le pays d'origine ; si un passeport n'est pas disponible, les autorités françaises se font aider par le consul qui donne un laissez-passer pour le pays concerné. Le parcours juridique est complexe, parfois difficile à bien appréhender par les retenus (voir La rétention administrative mode d'emploi).
Sur le site de l'Ecole Nationale de Police de Paris au bord du bois de Vincennes, il y a trois centres de rétention pour hommes de 55 à 59 places chacun. L'ensemble fait de Vincennes l'un des centres les plus importants de France. Beaucoup de nationalités s'y côtoient ; les retenus sont dans des chambres de 2 ou 4 lits et, pour chaque CRA, disposent d'une cour et d'un espace commun avec télévision et cabines téléphoniques. Aucune activité n'est organisée. Des services médicaux et administratifs sont présents, de même qu'une association qui aide les retenus dans leurs démarches juridiques.
La vie du retenu, ce qui lui arrive au quotidien et son avenir, tout est sous le signe de l'arbitraire : arbitraire parfois, dans l'attitude des policiers et du corps médical, dans celle des autres retenus à son égard, dans la décision des juges, de la présidence de cour d'appel, du consul.
La rétention crée une profonde angoisse liée à l'incertitude de ce qui va arriver ; le désespoir est tel que de nombreux retenus font des grèves de la faim ou se mutilent pour tenter d'éviter le vol vers un pays qu'ils ont autrefois fui, parfois au risque de leur vie.


Le rapport de visite du Contrôleur général des lieux de privation de liberté du CRA 1 de Vincennes, juillet 2010.

Le rapport de visite du Contrôleur général des lieux de privation de liberté des CRA 2 et 3 de Vincennes, février 2011.
Les observations du ministère de l'intérieur datée du 8 octobre 2013, en réponse aux points soulevés par le Contrôleur général.

Posts les plus consultés de ce blog

Retour sur l'incendie du mois de juillet au CRA 2 de Vincennes.

ENFERMEMENTS A REPETITION ou L’ABSURDITE DU SYSTEME

Femmes en rétention