Articles

« ON MESURE L'IMPACT PSYCHOLOGIQUE DE LA RÉTENTION »

Un article de Politis relatant la visite de la parlementaire FI Danièle Obono au CRA de Vincennes.

Au centre de rétention de Vincennes, les personnels s’interrogent sur le nouveau projet de loi et l’allongement du délai de rétention, alors que l’organisation n’est conçue que pour de courts séjours. Reportage.
Le jeune homme a les yeux écarquillés. « Entre ! », « entre ! », crie-t-il de l’autre côté de la porte. Difficile de savoir s’il s’adresse au commandant du centre de rétention (CRA) et au commissaire divisionnaire, ou aux deux visiteuses qu’il entrevoit derrière la partie vitrée. Danièle Obono le voit aussi et l’entend. La députée France insoumise a ouvert son manteau et retiré son écharpe. Elle s’est fait expliquer les procédures d’admission. Le dépôt des objets personnels. Les salles de vidéosurveillance. Les caméras, qui ne sont pas dans les chambres ni dans les sanitaires. Elle a passé beaucoup de portes et jeté un coup d’œil dans de nombreuses pièces, y compris la chambre de «…

AU CRA, ON SOUFFRE TOUJOURS ET ON MEURT PARFOIS…

Toutes les personnes que nous avons rencontrées au CRA (plusieurs centaines) souffrent très profondément de cet enfermement. Quelques rares rencontres avec des gaillards joviaux et décontractés ou avec des SDF soulagés d’être à l’abri pendant l’hiver, ne peuvent cacher l’immense détresse des personnes enfermées. Car tout est réuni pour fabriquer de la souffrance. L’enfermement est injuste, les retenus n’ont commis aucun délit, la preuve, ils sont au CRA et non en prison. Le rapprochement de ces deux notions - enfermement et injustice - ne peut que générer des douleurs, tant morales que physiques.

" EST-CE NORMAL QUE JE SOIS LÀ ALORS QUE JE VIS EN FRANCE DEPUIS 10 ANS ? "

Une disposition de la future loi asile-immigration qui prévoit d'enfermer encore plus longtemps les étrangers sans titre de séjour (90 jours au lieu de 45 actuellement, et jusqu'à 135 jours) a pour effet de pousser certains parlementaires LRM à visiter les centres de rétention un peu partout en France.
Denis Masséglia et Nicole Dubré-Chirat ont visité celui de Vincennes.
Marilyne Baumard, journaliste au journal Le Monde, les y a accompagnés. Voici son article publié le 20 février dernier.
En bas de page, le lien vers l'article de Cécile Dubois publié dans 94 Citoyens.com, qui fait une description très précise de la visite et du lieu, photos à l'appui.

" Est-ce normal que je sois là alors que je vis en France depuis dix ans ? "
Au centre de rétention administrative de Vincennes, sur 4 085 personnes, près d'une sur deux sera remise dans un avion vers son pays d'origine.

 
La télé allumée tente d'habiller la grande salle commune. Mais personne ne la regar…

LE CENTRE DE RÉTENTION, « ENFER PSYCHOLOGIQUE » DES SANS-PAPIERS

Image
Un article écrit par deux étudiants de l'ESJ de Lille et publié sur le site crée par la 92e promotion de l'école
Derniers sas avant l’expulsion, les 24 centres de rétention recevaient en 2016 près de 46 000 sans-papiers. Souvent fragilisés par leur parcours, ces migrants découvrent un univers oppressant, où le corps devient l’ultime ressource pour résister. Au Mesnil-Amelot, à Palaiseau et à Vincennes, nous avons recueilli des témoignages de l’intérieur.

UN HOMME BRISÉ...

Une professeur de français de l’université de Nanterre nous écrit, via le blog. Elle nous apprend, que, donnant bénévolement des cours de français à des migrants, elle a rencontré Abdullah, un jeune Afghan, l’année dernière. Elle nous en parle avec enthousiasme et... s’inquiète : Abdullah est en centre de rétention à Vincennes ; dubliné, il risque le renvoi en Bulgarie.

MINEUR ENFERMÉ AU CRA : LA MOBILISATION DES RÉSEAUX ÉCHOUE !

Notre amie avocate, Me S., coordonne les permanences d’avocats qui assistent les personnes présentées devant le juge des libertés et de la détention, qui ne disposent pas d’un avocat choisi (donc rétribué pas eux ou leur famille). Un jour de permanence, en parcourant le rôle des personnes présentées, elle s’aperçoit qu’un jeune garçon, se disant mineur, a été enfermé au CRA de Vincennes et conformément à la loi, présenté au JLD pour que ce dernier prolonge sa rétention ou le libère.

EMMANUEL MACRON ET LE COUTEAU DE LICHTENBERG 4/4 LE PROCÈS POLITIQUE DE LA SOLIDARITÉ

suite et fin

•    21 août 2017 par Eric Fassin

 « Ça fait vingt ans qu’on nous dit d’aller voter, faire barrage au Front national et aux idées d’extrême droite. Mais ces idées d’extrême droite elles sont là, elles sont appliquées par la justice ! » Le 8 août, jour de son jugement, Cédric Herrou dénonce la responsabilité de nos gouvernants : « C’est une politique d’extrême-droite, j’interpelle M. Macron, il faut qu’il se positionne là-dessus. »

Le président de la République ne semble pas avoir entendu l’appel de Cédric Herrou.